Un Raid Agile pour une formation au top.

La décision d’embarquer pour le Raid Agile fut aisée à prendre car connaissant Claude et Pablo, je n’ai jamais eu de réelles inquiétude sur la qualité du contenu d’une telle formation.

Par contre j’étais assez intrigué par le format, trois jours du 4 au 6 novembre dans un lieu retiré au sein des Cévennes. Sachez que Pablo et Claude se charge de vous amenez depuis la gare de Nîmes jusqu’au Mas du Canton (Saint Jean du Gard). Mais ce n’est pas l’option que j’avais retenu car j’arrivais de Grenoble. Parlons un peu de ce lieu, le Mas du Canton est un bien bel endroit ,au sein d’un écrin verdoyant, doté de tout le confort souhaitable, parfait pour immerger pendant quelques jours un petit groupe de personnes.

Raid Agile

Lors de notre arrivée nous nous retrouvons dans une grande salle, salle qui se transforme rapidement en obeya sous l’impulsion de Pablo. Pablo et Claude présentent alors le probable programme de ces trois journées. Probable programme car adaptable en fonction des attentes mais il y aura un fil rouge par soucis de cohérence.

Arrive alors l’heure du déjeuner, lors de ce premier déjeuner on s’apperçoit de la qualité et de la profussion des plats. Bref nos hotes ont vu les choses en grands, écartant tout risque hyppoglycénie au cours de ce séjour !

Après le café, c’est partie pour un premier atelier de Personal Mapping. Atelier permettant aux uns et autres de se dévoiler à la mesure de son souhait, atelier intéressant à mener pour une équipe nouvellement constituée ou déjà existante. Ensuite Pablo enchaine sur un delegation board portant sur la délégation des responsabilités au sein du groupe. Qui décide du programme ? Qui décide des pauses ? Qui décide des horaires… Sommes-nous dans le Tell, Sell, Agree… Les heures de cette première après midi de formation ont filés simplement et facilement autour d’ateliers, d’échanges et de rappels sur l’agilités dispensés par le binôme Claude-Pablo; donnant ainsi une belle tonnalité aux journées à venir.

Je ne vais pas vous énumérer ni décrire la trentaine et plus d’ateliers qui ont été joués au cours de ces trois jours car un tel catalogue serait assez ennuyeux. De plus comme vous le savez les ateliers/jeux agile n’ont d’intérêts que lorsque vous y participés tout en en sachant le moins sur leur contenu.

La seconde journée orientée sur la détermination des enjeux d’un projet et la construction de backlog. Conclusion que je tire des résultats produit par les ateliers auxquels je n’ai malheureusement pas pu assister car j’avais quelques obligations sur cette journée. Lors de mon retour en fin de journée, j’ai pu constaté une réelle fatigue chez la plupart des participants dû à cette journée bien chargée. Heureusement nous arrivions au terme de la journée et vint le moment d’un break autour de quelques rapide parties de Saboteur, Crazy Time et autres jeux de société pour ceux qui le souhaitaient ou plus tranquillement prolonger une discussion autour du feu de cheminée. Nous avons également pu profiter de quelques bons morceaux de musique joués par Pablo (au banjo) et Nicolas (au violon).

Puis arriva l’heure de l’apéritif et du diner où chacun contribua à : dresser la table, assurer le service des plats, couper le pain, déservir… bref notre groupe commençait à fonctionner en équipe auto-organisée. Quoi de plus normale car c’est la forme d’organisation que nous pratiquons le plus naturellement et fréquemment.

L’après repas est souvent le moment où l’équipe se retrouve autour du fameux jeu des Loups Garous de Thiercelieux. Après une première soirée sans électricité nous avons décidé (à la demande générale) de reconduire cette expérience autour de quelques bougies. Conclusion, jouer aux Loups Garous autour de bougies c’est mieux et ce n’est pas qu’une question d’ambiance.

La troisième journée commença par une randonnée sur le Mont Brion ce fut alors l’occassion d’échanger et de participer à un Quiz Agile, excellent moyen pour réviser quelques notions et parfois débattre de situations.

Raid Agile

Ce fut une randonnée dans un cadre remarquable et sauvage, sous un beau soleil avec certe quelques difficultés car la montée est assez raide, ce fut la difficulté de ce Raid Agile. Au sommet nous avons profité de la pause pour participer à un atelier proposé par Pablo provoquant d’intenses conversations entre les participants. On dit que la marche est excellente pour stimuler l’activité cérébrale çà semble se vérifier ou alors c’est l’effet de la grandeur des paysages.

Raid Agile

De retour au Mas, en fin de matinée, Claude proposa un Kanbanzine. Deux équipes se forma et l’atelier fut rapidement lancé. Pablo et moi nous nous sommes chargés de la partie logistique, par la préparations de quelques encas afin que les équipes puissent pousuivre leur expérience de jeu dans de bonnes conditions.

Puis ce fut l’heure de la pause déjeuner, pause déjeuner bien mérité après une randonnée et un atelier complet et conséquent permettant d’appréhender les notions de Kanban. Le début de l’après midi fut consacrée à un cours “plus théorique” sur Kanban où Pablo à construit et fait vivre un tableau kanban en se basant sur un cas concret d’organisation présenté par quelques participants de ce Raid Agile. Le reste de l’après midi fut consacré à d’autres ateliers permettant entre autre de mieux pénétrer dans la compréhension de divers domaine du simple au chaotique. Et ce fut la fin de cette troisième et dernière journée. Bref il ne resta plus qu’a dresser la table pour partager ce dernier repas mais avant ce fut la remise des certificats ! Hé oui, si vous survivez au Raid Agile vous obtenez votre certificat Châtaigne, Saucisson et Méthodes Agiles (CSM), enfin si vous avez le niveau ! Pour moi ce fut tout juste notamment sur la partie Saucissons qui est de loin l’épreuve la plus exigeante !

Raid Agile

Bref encore un sacré clin d’oeil de ce binôme de choc sur la fatuité de cette course aux certifications… point de vue que je partage pleinement.

blogroll

social